Avertir le modérateur

24/12/2006

Frankie passe la nuit avec Omar Khayyam

khayyam.jpgFrankie s'est réveillée avec la gueule de bois et un brin mélancolique. Cette nuit, elle a fait un saut dans le temps et s'est retrouvée, buvant du vin, en compagnie d'un des plus célèbres poètes perses : Omar Khayyâm.cover_saghi2.jpg

Et pendant qu'il lui récitait quelques quatrains de sa composition, Frankie s'est prise à rêver qu'elle se prénommait Djihanne.

Né en 1048 à Nichapour (actuellement l'Iran), ce libre penseur - dont la vie est indissociable des mouvements qui agitent alors le Moyen-Orient, entre instauration de la religion musulmane et domination des seldjoukes turcs, - est aussi philosophe, astronome de génie, mathématicien visionnaire, et l'auteur de centaines de Rubaïyat, quatrains parfois désabusés où il chante la vie, les femmes et le vin.

La première traduction nous vient d'Edward Fitzgerald, en 1850. Une des difficultés majeures à laquelle l'écrivain se heurta, fut de distinguer le vrai du faux, car plus de mille poèmes sont attribués à Khayyâm. Fitzgerald finit par en retenir cent soixante-dix et livra au public une traduction considérée aujourd'hui comme un chef-d'œuvre de la littérature anglo-saxonne.

Que Frankie ait passé la nuit avec Khayyâm va rendre jaloux toutes celles et ceux qui ont lu "Samarcande", la biographie romancée du poète. Amin Maalouf y raconte l'histoire d'un manuscrit égaré lors des invasions mongoles et retrouvé des siècles plus tard. Dévoiler davantage l'intrigue serait trahir ce merveilleux roman qui se doit d'être découvert page après page, chapitre après chapitre, tant la quête de ce manuscrit mérite qu'on en suive, le cœur battant, tous les méandres, sous la plume enchanteresse de l'auteur libanais.

On raconte que Marguerite Yourcenar était fascinée par deux personnages historiques : l'empereur Hadrien et Omar Khayyâm. Elle fit la biographie du premier, laissant le champ libre à un autre écrivain pour rendre hommage au second. Et lorsqu'un homme de talent tel qu'Amin Maalouf se met au service d'un personnage tel qu'Omar Khayyam pour nous parler de la dimension de sa vie et de son manuscrit perdu, il n'y a que deux choses à faire, lire le roman du premier et savourer quelques Rubaïyat du second.

La personne sur qui tu t'appuies avec le plus de sûreté,

si tu ouvres les yeux de l'intelligence, tu verras en elle ton ennemi.

Il vaut mieux, par le temps qui court, rechercher peu les amis.

La conversation des hommes d'aujourd'hui n'est bonne que de loin. (Quatrain n° 45)

 

N'impute pas à la roue des cieux tout le bien et tout le mal
qui sont dans l'homme, toutes les joies et tous les chagrins
qui nous viennent du destin; car cette roue, ami,
est mille fois plus embarrassée que toi dans la voie de l'amour divin. (Quatrain n° 59)

 

Puisque la vie s'écoule, qu'importe qu'elle soit douce ou amère ?
L'âme doit passer par nos lèvres, que ce soit à Nichapour ou à Bèlkh...
Bois donc du vin, car après toi et moi, la lune bien longtemps encore
passera de son dernier quartier à son premier et de son premier à son dernier. (Quatrain n° 66)

 

D'abord, il m'a donné l'être sans mon assentiment,
ce qui fait que ma propre existence me jette dans la stupéfaction.
Ensuite, nous quittons ce monde à regret
sans y avoir compris le but de notre venu, de notre halte, de notre départ. (Quatrain n° 73)

 

Vois-tu ces deux ou trois imbéciles qui tiennent le monde
entre leurs mains, et qui, dans leur candide ignorance, se croient
au-dessus de tous ? N'en tiens pas compte: dans leur extrême suffisance,
ils appellent hérétiques tous ceux qui ne sont pas des ânes. (Quatrain n° 79)

 

Dans les régions de l'âme, il faut marcher avec discernement ;
sur les choses de ce monde il faut être silencieux.
Tant que nous aurons nos yeux, notre langue, nos oreilles,
nous devrons être sans yeux, sans langue, sans oreilles. (Quatrain n° 88)

 

Ce monde n'a retiré aucun avantage de ma venue ici-bas.

De gloire et sa dignité n'ont également rien gagné à mon départ.

Mes deux oreilles n'ont jamais entendu dire à personne

pourquoi l'on m'y a fait venir, pourquoi l'on m'en fait sortir. (Quatrain 95)

 

Restreins tes désirs, si tu veux être heureux ;

brise les liens qui t'enchaînent au bien et au mal d'ici-bas ;

vis content; les cieux poursuivront leur révolution,

et cette vie ne sera pas de longue durée.(Quatrain n° 103)

 

Quel est l'homme ici-bas qui n'a point commis de péché, dis ?
Celui qui n'en aurait point commis, comment aurait-il vécu, dis ?
Si, parce que je fais le mal, tu me punis par le mal,
quelle est donc la différence qui existe entre toi et moi, dis ? (Quatrain n° 154)

 

Il existe deux choses qui sont la base de la sagesse
et qui doivent être mises au nombre des plus importantes révélations :
c'est de ne point manger de tout ce qui se mange,
c'est de se tenir à l'écart de tout ce qui vit. (Quatrain n° 171)

 

 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu