Avertir le modérateur

07/06/2007

Frankie et le no man's land de l'alcool

dependance_alcool.jpgSujet tabou et hypocrite s'il en est, et cependant sujet à l'éventail infini de sentiments contradictoires. Mais nous arrive-t-il de réfléchir à ce no man's land qu'est l'alcool et aux méandres qu'il emprunte ?

De l'alcool de minuit où il est bon ton de trinquer, à ces événements qu'il faut fêter tout au long de l'année, de ces déjeuners et dîners mondains qui portent le verre à nos lèvres et nous font boire jusqu'à la lie, à cette tradition du vin, culture parmi les cultures, qui nous dispense de tout alcoolisme, mais nous fait boire bien plus que de raison.

De cet alcool qui nous fait devenir amis avec le monde entier pour nous entraîner vers un état de guerre selon l'humeur du moment. De cet alcool survolté à celui plus sombre qui nous fait voir le monde d'abord à l'endroit, puis l'instant d'après à l'envers. De cet alcool de solitude, bu dans une chambre désertée par tout espoir de voir un jour les choses changer. De cet alcool de misère qui jette à la rue et finit par être le dernier rempart contre la folie. De cet alcool agressif qui fait remonter à la surface les rancœurs que l'on se trimballe, en même temps que le désamour de soi et, fatalement, des autres.

De cet alcool joyeux, partagé autour d'un bon repas, à celui plus lucide qui désinhibe au point de régler ce qui est en suspens, les non-dits et autres hypocrisies sociales. De l'alcool qui se boit ouvertement à celui qui se boit honteusement, à l'abri des regards. De cet alcool qui rend créatif mais vous ronge de l'intérieur. De cet alcool qui ouvre un instant les portes de l'inconscient et finit par vous terrasser tant le vertige est grand, et les entreprises périlleuses. De cet alcool que l'on croit ponctuel mais qui vous colle aux basques. De cet alcool qui vous procure un sentiment d'immortalité avant de vous plonger la tête dans la cuvette au point de vouloir mourir. De cet alcool devenu dernier recours avant de se mettre à hurler de voir tant de choses dégueulasses, de cet alcool dernier barrage d'une pression professionnelle qu'il faut supporter, des autres qu'il faut subir, et de cette vie qu'il faut endurer, jour après jour, avec pour seul horizon : un désespoir tenace. De cet alcool qui vous fait dégueuler la vie ! De cet alcool que l'on croit être votre meilleur ami, mais qui devient très vite votre pire ennemi et finit par vous tuer. De cet alcool qui peut faire de chacun un assassin !De cet alcool qui vous éloigne des autres quant il devient socialement gênant. De cet alcool qui fait dire aux bonnes âmes : « Quel dommage qu'il (ou elle) boive ; je ne comprends pas ! » tandis que ces mêmes bonnes âmes se bourrent de petites pilules pour voir la vie en rose, sont "addicts" à la bouffe, aux séances chez le psy, et sont prêtes à croire le premier faux-prophète venu. Ces mêmes bonnes âmes, qui, elles-mêmes, entretiennent un comportement suicidaire, s'érigent, dès il s'agit d'alcool, en parangon de la morale, pour une seule raison : l'alcool est embarrassant lorsqu'il dépasse le cadre d'une soirée arrosée.

Il est facile de juger, facile d'asséner quelques vérités basiques, il est moins aisé d'essayer de comprendre ce qui soudain fait basculer vers cet alcool qui revêt tant de facettes aux yeux de celui qui boit. L'alcool, vu par ceux qui ne connaissent pas le dérapage, est souvent assimilé comme toutes les addictions, à une fuite, un rejet de cette vie au profit d'un état sous influence, une lâcheté, un refus d'assumer ses responsabilités ; mais se demande-t-on si ces gens ne boivent pas pour oublier ce que l'on attend d'eux : une vie formatée et misérable.

Il y a l'alcool des artistes, des poètes, des peintres, de ceux dont on sait que "les paradis artificiels" furent le moteur de leur création.

khayyam.jpgIl y a le poète du vin, Omar Khayyâm et ses rubaïyat :

Puisque c'est aujourd'hui mon tour de jeunesse,
j'entends le passer à boire du vin, car tel est mon bon plaisir.
N'allez pas, à cause de son amertume, médire de ce délicieux jus,
il est amer que parce qu'il est ma vie.

Boire du vin et me réjouir, c'est ma manière d'être.
être indifférent pour l'hérésie comme pour la religion, c'est mon culte.
J'ai demandé à cette fiancée du genre humain quelle était sa dot ;
elle me répondit: J'ai pour dot la joie de ton cœur.

Baudelaire, pour qui l'imagination était "reine des facultés", aura tenté de tisser et de démontrer les liens entre le mal et la beauté, la violence et la volupté, notamment dans "Mon cœur mis à nu" : « Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie. » Celui qui se noyait dans le sein empoisonnée de la "fée verte" écrivait à son sujet :baudelaire.jpg

Le vin sait revêtir le plus sordide bouge

D'un luxe miraculeux,

Et fait surgir plus d'un portique fabuleux

Dans l'or de sa vapeur rouge,

Comme un soleil couchant dans un ciel nébuleux.

L'opium agrandit ce qui n'a pas de bornes,

Allonge l'illimité,

Approfondit le temps, creuse la volupté,

Et de plaisirs noirs et mornes

Remplit l'âme au delà de sa capacité.

Tout cela ne vaut pas le poison qui découle

De tes yeux, de tes yeux verts,

Lacs où mon âme tremble et se voit à l'envers...

Mes songes viennent en foule

Pour se désaltérer à ces gouffres amers.

Tout cela ne vaut pas le terrible prodige

De ta salive qui mord,

Qui plonge dans l'oubli mon âme sans remords,

Et charriant le vertige,

La roule défaillante aux rives de la mort !

2iyknrkd.jpgJim Morrison, non sans humour, avouait : « Je bois pour pouvoir parler aux trous du cul. Moi inclus. » Ou : « L'alcool est une manière de réagir à la vie dans un environnement surpeuplé. » Ou encore : « Pourquoi je bois ? Pour pouvoir écrire de la poésie ! » donnant toutes les raisons à ceux qui désavouèrent son œuvre en prétendant qu'il s'agissait là de productions rédigées sous influence et qu'il n'y avait rien à comprendre. Or, Jim Morrison est probablement le poète le plus novateur et talentueux de son époque.

A l'inverse, Jackson Pollock, l'un des plus grands peintres américains du XXe siècle, pour qui l'art était source de décharge émotionnelle, réalisa sa plus belle production durant les années où il ne buvait pas. Celui qui exprimait son univers intérieur en libérant ses angoisses et sa colère sur le papier ou sur la toile, celui qui se passionnait pour l'art primitif dpollock.jpgont les expressions rageuses et impulsives s'accordaient à son comportement, s'affranchira de l'alcool momentanément, puis l'alcool reviendra dans sa vie et il ne fera plus rien, comme le raconte si bien le film réalisé et interprété magistralement par Ed Harris.

Oui, les êtres qui boivent sont dans un no man's land que seuls ceux qui ont bu peuvent comprendre. Parfois, vous vous retrouverez avec un de ceux-là à un comptoir : il vous fera rire, puis vous agacera, vous irritera sans doute, mais il y a des chances aussi pour que vous appreniez de lui.

Car, au-delà des convenances et des préjugés, au-delà de la "normalité" sociale et des pseudos conventions, pour certains d'entre eux, se cache derrière leur verre une bien grande lucidité sur ce monde, comme s'ils avaient sondé le cœur de l'humanité, et n'ayant trouvé aucun écho à leur douleur, lui préfère encore la solitude de l'alcool et son no man's land...

 

Réactions sur AgoraVox, cliquez ici !

04/04/2007

Il s'en passe des choses du côté de chez Frankie

Le mois de mars a vu défiler les chasseurs d'immortalité medium_androide_1.2.jpg: ceux qui traquent nos tares génétiques dans le but de les éradiquer vont-ils transformer l'humanité en êtres touchant à la perfection, ou bien la transformer en monstres  hybrides issus de la nano-technologie avec tous les dangers de manipulation mentale que cela comporte ? Pour les êtres en bonne santé, cela relève de l'hérésie, mais pour les personnes atteintes de maladies incurables et dégradantes, cela peut ressembler à de l'espoir. L'éternité devant soi : bien des auteurs ont abordé ce thème mais au final, les héros immortels, une fois passée l'excitation de n'être plus vulnérables, n'ont qu'un désir, redevenir humain et fatalement mortel.

Puis Frankie a tenté de réhabiliter Judas medium_baiser_judas_2.3.jpg: certains textes anciens enfin décryptés semblent innocenter l'homme le plus haï depuis plus de deux mille ans. Comme dans ces films d'espionnage où l'on ne sait pas toujours si l'agent secret a trahi son pays ou s'il a reçu l'ordre de le faire, sacrifiant son honneur au passage. Alors Judas, salaud ou héros ?

Lorsqu'il commence à faire beau, les Parisiens partent à l'assaut de leur ville mais la regardent-ils vraiment de l'intérieur ? Frankie s'est promenée au coeur de la citadelle et vous a rapporté quelques anecdotes amusantes sur la capitale medium_rue_du_chat.2.jpgqui, si elle est devenue usante pour ses habitants, reste ensorcelante par sa richesse historique.

medium_media723.2.jpgInternet peut devenir une machine à remonter le temps, certes : il suffit d'un clic pour obtenir à peu près toutes les informations que l'on souhaite mais parfois, un clic peut amener deux personnes à se retrouver alors que rien ne laissait supposer que cela soit un jour possible. Une chronique nostalgique et pour ceux qui ont suivi les retrouvailles de Frankie avec S. : sachez que c'était émouvant et qu'aucune des deux n'a changé !

 Le coup de gueule du mois de Frankie : medium_pl1.2.jpgoù est passé le Panchen Lama ? Ce garçon né au Tibet, enlevé à l'âge de 6 ans par les Chinois, et dont on ne sait plus rien, aura dix-huit ans le 25 avril prochain. Il est le plus jeune prisonnier politique au monde. Mais notre société hypocrite, en dépit de ses nombreux textes de loi,  s'en fout. Pensez à la bougie virtuelle : cela ne fera pas changer les situations absurdes dont notre monde a le secret, mais vous accompagnerez en pensée et en intention ce jeune homme qui n'a commis aucun crime si ce n'est d'être tibétain et d'avoir été reconnu à une fonction importante dans le bouddhisme.

Frankie s'est retrouvée un instant face au Roi Lézard : medium_Jim.2.jpgparler de Jim Morrison, de sa poésie, de ce que l'homme fût en dehors du leader des Doors, a entraîné Frankie au coeur du désert cher à Jim. Frankie a vu le Roi Lézard, au seuil de son destin, séduire la mort et devenir immortel.

La boîte de Pandore est ouverte depuis bien longtemps et des monstres sans visage s'en sont échappés. Tout le monde (excepté nos dirigeants) voudrait bien la refermer mais hélas, nous récoltons ce que nous semons. medium_298839.2.jpgAvec quelques petits trucs, nous pouvons peut-être freiner ces monstres chimiques et technologiques qui, s'ils nous facilitent la vie, nous empoisonnent lentement jour après jour.

Un rêve, celui de s'approcher tout près du soleil, mais sans se noyer dans les flots tel l'imprudent Icare. Derrière la légende, il y a les implications humaines. L'homme face à lui-même, l'homme face au danger et à l'inconnu. Il serait temps de remettre la mythologie à l'honneur : elle est source de sagesse.

Démarrer le mois d'avril avec Hélène Grimaud, medium_helene_et_les_loups.2.jpgc'est être suspendu hors du temps, l'instant d'une chronique. Solitaire, rebelle, pianiste atypique et combien talentueuse, la virtuose est bien une louve parmi les loups. 

Frankie reste à sa fenêtre, impatiente de voir ce qui se prépare : des jours meilleurs, il faut l'espérer, car en ce moment, quelle que soit la direction où se porte son regard, elle n'y voit que d'inquiétants prédateurs à visage humain et ceux-là sont infiniment plus dangereux que certains mammifères, en dépit de leurs sourires d'agneaux et de ce qu'ils voudraient nous faire croire. medium_open.jpgAlors comme le dit si bien Jean-Pierre Petit, apprenons à penser par nous-mêmes, sinon d'autres le feront pour nous !

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu