Avertir le modérateur

21/02/2009

Kyklos, la voix dissonante de l'édition

Kyklos vignette.jpg

Frankie ne pouvait passer sous silence le cyclone Kyklos qui se déplace dans les prochaines semaines en nos cieux littéraires, et ce pour deux raisons. La première est que Frankie s'est toujours attachée à soutenir les initiatives visant à relayer la liberté d'expression sous toutes ses formes. La seconde est que Frankie a trouvé en Kyklos un éditeur aimant les défis. Ce nouveau venu dans le paysage des éditeurs indépendants va se révéler aux lecteurs par un visuel météorologique résumant à lui seul la politique éditoriale de cette maison atypique.

Chaque année, environ 65 000 titres sont édités en France. Il y a environ 10 000 éditeurs répartis entre les "grandes maisons" - 20 éditeurs ont plus de 5000 titres chacun - et les "petites structures éditoriales" - environ 5000 éditeurs ont moins de 10 titres chacun -. Ce qui les distingue : organisation, économie, logistique. Un élément les rassemble cependant : ils donnent vie à des textes, cherchant à les communiquer aux lecteurs. Industriel ou artisan, l'éditeur est avant tout un « passeur de texte ». Mais un fossé grandissant les sépare : les petits éditeurs demeurent le principal lieu d'expérimentation et d'invention, sans lesquels une littérature ne vit pas, sans lesquels nombre d'écrivains ne parviendrait pas à trouver sa place, sans lesquels la survie de genres peu commerciaux ne serait pas assurée ; sans lesquels une partie de la littérature étrangère ne serait pas traduite ; sans lesquels certains écrivains oubliés ne seraient pas réédités.

Les libraires croulent sous l'accumulation des livres. Environ sept cents romans français sont publiés, chaque année, lors de la rentrée littéraire. Cette abondance ne signifie pas que le lecteur a le choix, le lecteur moyen ne choisit pas : il prend ce qu'il voit et ce dont tout le monde parle. Lorsque la saison des prix littéraires s'achève, les grandes maisons d'édition se partagent les honneurs, sans surprise, tandis que des éditeurs modestes poursuivent leur travail de défricheur de talents, sans le soutien des critiques littéraires qui, la plupart du temps, se contentent de valoriser des ouvrages déjà encensés.

Il ne tient qu'aux lecteurs d'aller chercher du contenu ailleurs, notamment en direction de ce nouvel éditeur, qui nous promet une année riche et diversifiée en matière de publications, dont les trois premiers titres sont d'ores et déjà disponibles :

Couv. Mémoires d'un appelé d'Algérie vignette.jpgRené Malet - Mémoires d'un appelé d'Algérie (1959-1961)

Résumé : Dix mois de caserne en métropole, suivis de dix-huit mois de campagne militaire en "mission de pacification". Du séjour à la caserne d'Evreux à l'Algérie, d'Aïn-el-Amra à toute une série d'opérations effectuées dans le Djudjura, de Bouberak à Mizrana, des gorges de la Chiffa à Palestro, les événements relatés dans cet ouvrage sont rigoureusement authentiques. Des faits qui relèvent du devoir de mémoire...

« Jeune, beau, amoureux de surcroit, musicien, vingt ans et la vie devant. Pour la musique, il devra attendre. Né en France, sa patrie l'appelle sous les drapeaux. Vingt ans et la vie devant certes, mais pour René Malet, comme pour tous les autres, devant signifiera l'Algérie, la "sale guerre", la "guerre sans nom" ou encore, selon les points de vue et les époques : guerre d'indépendance algérienne, guerre de libération nationale, révolution algérienne...

Il aura fallu trente-sept ans à la France pour requalifier des faits jusque-là définis comme des "événements". Néanmoins, si la France a reconnu la guerre, seuls ont été reconnus officiellement les actes individuels commis par les militaires. Le caractère organisé de la répression des Algériens, notamment la torture infligée par les militaires au nom de l'Etat français, n'a, quant à lui, jamais été reconnu.

Le témoignage de René Malet relève du devoir de mémoire, non d'une prise de position idéologique ou de toute analyse géopolitique. L'auteur nous plonge au cœur de cette "mission de pacification" pour nous mettre crument face à ce que la guerre a de plus abject lorsqu'il devient impossible de savoir pourquoi nous la faisons. Plus nous nous acheminons vers la voie du dialogue et la pacification, plus il est certain que le massacre est proche.

Des guerres de religion à l'Inquisition, des procès en sorcellerie aux pogroms, de l'holocauste au sionisme, du Rwanda à l'Ex-Yougoslavie, du Vietnam à la guerre en Irak, du traité de Versailles à l'Afghanistan d'aujourd'hui, combien faudra-t-il encore sacrifier de vies humaines pour que cesse la violence dont notre Histoire est entachée d'un sang indélébile. » (Préface par Fabrice Berthet, directeur éditorial)

200 pages -Prix : 17 euros - ISBN 978-2-918406-01-3

Couv. Voyage Quantique1 vignette.jpg

 

Alain Tardif

Voyage quantique - Les chercheurs d'Amour

Résumé : C'est une mission bien surprenante que Jacques de Chamalière, ministre de l'Intérieur, candidat aux prochaines élections présidentielles, confie à l'ésotériste Miguel Debriz : créer un groupe d'étude sur la maîtrise de l'arme électorale Absolue, l'Amour, dans le but d'orienter le vote du peuple en sa faveur.

Intellectuels, scientifiques et mystiques, réunis dans une même quête, entrainés malgré eux en des contrées lointaines et inhospitalières, seront destinés à une prise de conscience de forces inaliénables.

Auteur d'ouvrages pluridisciplinaires dans le domaine des médecines alternatives, Voyage Quantique est le premier roman d'Alain Tardif. Au travers d'un parcours initiatique, l'auteur passe au crible l'ensemble de nos institutions et lobbys en tout genre. Politique, santé, sciences, religions, les usurpateurs sont démasqués, le cauchemar sociétal dans lequel l'humanité s'enlise, étalé au grand jour.

180 pages - 17 euros - ISBN 978-2-918406-02-0


Couv. Http vignette.jpgFrankie Ventana - HTTP:// Avez-vous déjà lu un blog ?

Résumé : Il est en ce monde un réseau traversé d'autoroutes, de routes secondaires, de chemins parallèles, entrecroisés d'une multitude d'intersections et de connexions, autant de fils déployés sur l'immense toile du Net, autant d'informations se propulsant à la vitesse de la lumière, autant de sources venues de tous horizons, alimentant, d'un simple clic, une étroite collaboration entre la machine et l'humain.

Que ce soit au moyen de blogs, de médias citoyens, de sites alternatifs, l'internet reste le plus sûr moyen de combattre la généralisation des idées, les préjugés faute d'information, les amalgames issus de la méconnaissance des sujets.

Un cinquième pouvoir qui ouvre de nouvelles perspectives et nous incite à réfléchir par nous-mêmes, avant que d'autres ne le fassent à notre place.

168 pages - 15 euros - ISBN 978-2-918406-00-6

 

Frankie espère que vous serez nombreux à aller visiter ce mouvement atmosphérique : "Un cyclone est une perturbation qui se manifeste sous l'aspect d'une grosse masse nuageuse en bandes spirales, associée à une dépression très creuse avec des vents tourbillonnants de plus 120 km/h. Dans l'hémisphère sud, les vents tournent dans le sens des aiguilles d'une montre autour du cyclone ; dans l'hémisphère nord, en sens inverse."

 

Bref, vous l'aurez compris, ça va secouer !

05/10/2007

Allons voir ailleurs si nous y sommes

toile-ensoleillee.jpgIl était une fois... un monde traversé d'autoroutes, de routes secondaires, de chemins parallèles, telle une immense toile d'araignée, avec une multitude d'intersections, de connexions, de réseaux, autant de fils déployés sur la grande toile du Net, autant d'informations se propulsant à la vitesse de la lumière, autant de sources venues de tous horizons, alimentant une collaboration étroite entre la machine et l'humain, faisant la "nique"aux diktats politiques et aux moralisateurs en tout genre à la solde de quelques gros bonnets des médias.

Le grand manitou-sorcier, du non moins grand univers citoyen, se délectait de voir chats, souris, enfoirés, et autres insectes flegmatiques et furtifs, rédacteurs, modérateurs, lecteurs, "apostropheurs", agitateurs, et autres participants, se débattre dans la toile de son immense royaume et apporter contributions quotidiennes à la bonne marche de ses affaires. Du bon, du très bon parfois, du mauvais et du très mauvais souvent, animaient le siège de cette cour incertaine où tout grand manitou se doit d'avoir ses fous pour l'amuser.

Ce pape de l'info, pionnier de l'identification et de la validation des sources d'information dites pertinentes, père d'une nuée de journalistes citoyens, ne tenait pas vraiment à ce que ses bons petits soldats hybrides viennent lui soumettre quelques idées judicieuses, et encore moins qu'ils viennent lui réclamer quelques comptes. A quel titre pouvaient-ils espérer de la transparence, ces valeureux petits gaillards ? Pour une prime de fin d'année, l'infime espoir de voir quelques piécettes sonnantes et trébuchantes rebondir dans leurs poches ? Que nenni : juste se voir à la "Une" décroissante d'une vitrine étincelante, en pensant que cela vaut tout l'or du monde. A quel titre pouvaient-ils espérer une vague gratitude, desperado.jpgces desperados de la plume... « Citoyenneté, mes amis ! » clamait le grand manitou, et cela suffisait à leur faire reprendre le rythme ronronnant du petit clapotis sur le clavier. « Bientôt ! » promettait le grand sorcier, et en bon père de famille, au moyen d'une petite accolade par ci, par un petit clin d'œil par là,  renvoyait inévitablement ses troupes au tissage de sa splendide toile. Aux plus réfractaires, il susurrait : « Et si vous alliez voir ailleurs... ! » en oubliant le principe même du cinquième pouvoir qui est avant tout d'être au service de la vérité.

Mais voilà : comme dans toute histoire, les mots ne suffisent pas toujours à apaiser les sentiments ambigus qu'une position encore plus ambiguë finit par exacerber, les promesses vaines et le manque de clarté laissent la place à certains serpents à plume, et comme dans bien des histoires, le grand manitou-sorcier, faute d'avoir entendu la rumeur sage, faute d'avoir judicieusement observé le monde au travers de sa boule de cristal, faute d'avoir compris qu'une tempête dans un verre d'eau est souvent source de naufrage, se trouve toujours pris au dépourvu quand la vague l'emporte loin de son royaume...

La morale de cette histoire : lorsque qu'une personne vous dit d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte, peut-être faut-il écouter son conseil !

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu