Avertir le modérateur

20/04/2007

Loose change 2 : un petit tour au pays de la Liberté

Lors de la chronique intitulée "Frankie aimerait bien refermer la boîte de Pandore", un ami a envoyé à Frankie un lien sur une vidéo et un mail qui disait ceci : "La boîte de Pandore a été ouverte depuis bien longtemps hélas, mais ceux qui ont fait ça, on définitivement fait sortir le pire de cette humanité à la dérive..."medium_statue.2.jpg

A trois jour du premier tour des élections, Frankie vous propose un petit clic au pays de la liberté "fantôme" : certains penseront, une fois encore, que la paranoïa nous gagne. En ce qui concerne la liberté individuelle et la liberté tout court, nous ne serons jamais assez paranoïaques.

Et pour ceux qui n'ont pas lu "Un avertissement prophétique", sachez que dans son discours d'adieu du 17 Janvier 1961, le président (et ancien général) Dwight Eisenhower avait averti les Américains que le lobby militaro-industriel pourrait faire planer un jour une menace sur la liberté et la démocratie : medium_Eisenhower3.jpg"La présence simultanée d'un énorme secteur militaire et d'une vaste industrie de l'armement est un fait nouveau dans notre histoire. Cette combinaison de facteurs a des répercussions d'ordre politique, économique et même spirituel, perceptibles dans chacune de nos villes, dans les chambres législatives de chacun des États qui constituent notre pays, dans chaque bureau de l'administration fédérale. Certes, cette évolution répond à un besoin impérieux. Mais nous nous devons de comprendre ce qu'elle implique, car ses conséquences sont graves. Notre travail, nos ressources, nos moyens d'existence sont en jeu, et jusqu'à la structure même de notre société. Dans les organes politiques, nous devons veiller à empêcher le complexe militaro-industriel d'acquérir une influence injustifiée, qu'il l'ait ou non consciemment cherchée. Nous nous trouvons devant un risque réel, qui se maintiendra à l'avenir: qu'une concentration désastreuse de pouvoir en des mains dangereuses aille en s'affermissant. Nous devons veiller à ne jamais laisser le poids de cette association de pouvoirs mettre en danger nos libertés ou nos procédures démocratiques. Nous devons nous garder contre le risque de considérer que tout va bien parce que c'est dans la nature même des choses. Seul un ensemble uni de citoyens vigilants et conscients réussira à obtenir que l'immense machine industrielle et militaire qu'est notre secteur de la défense nationale s'ajuste sans grincement à nos méthodes et à nos objectifs pacifiques, pour que la sécurité et la liberté puissent prospérer ensemble."

 

 

28/03/2007

Quand Frankie aimerait bien refermer la boîte de Pandore

medium_fatigue.jpgFrankie croise des gens de plus en plus hagards, de plus en plus fatigués, de plus en plus vulnérables. Monde moderne qui va trop vite, stress d’une société qui n’est plus à même d’offrir un quelconque eldorado, les rêves qui s’échouent et meurent aussitôt asphyxiés, un désir de toute chose non assouvi, un manque de repères, ou simplement la lassitude de ces injustices quotidiennes, accompagnée du sentiment d'impuissance à combattre des monstres sans visage. Quels espoirs avons-nous placés en ce siècle au point d’être plongé dans un désenchantement général ? De passion, il n’y en a plus guère ; de volonté, il n’y en a plus du tout. Comme si l’on voulait nous voir paralysé par la peur, faible, mal nourri, malade, confus, déprimé, exploité, manipulable, sans espoir et hypnotisé par des discours qui ressemblent de plus en plus à de la propagande.

Frankie s'est remise à parcourir les chemins de l’info parallèle et comme de bien entendu, elle est tombée sur une explication qui s’avère assez édifiante sur nos malaises  physiques et psychiques persistants.

Saviez-vous par exemple qu'aux Etats-Unis environ 60% des systèmes municipaux de distribution des eaux sont traités avec des dérivés de fluor sous prétexte d’une politique officielle de santé publique ? Et pourtant le fluor a toute une série d’effets secondaires sur l’esprit et le corps. Cela entraîne un état léthargique physique et mental, une passivité qui rend l'être humain vulnérable. C'est ce que faisaient les Nazis, pendant la seconde guerre mondiale : ils mettaient du fluor dans l’eau potable des camps de prisonniers dans le dessein de contrôler les individus.medium_pilules.jpg

Comme chacun sait, le peuple américain est une des populations les plus droguées de la planète et malheureusement la France a pris, en Europe, la tête de ce marché infernal. A ces deux pays réunis, ce sont des millions de personnes qui consomment des médicaments altérant le fonctionnement émotionnel et mental comme le Valium, le Prozac, la Thorazine et bien d’autres encore. À l’école, un grand nombre d’enfants qui présente des "troubles du comportement" ou des "problèmes de concentration" est soigné par les psychologues avec des substances chimiques, alors qu’ils n’ont encore que 8 ou 10 ans, un âge où il est plus commode de les formater. Comme si notre monde devenait une sorte d’asile géant dont les "patients" doivent êtres drogués pour pouvoir fonctionner "normalement" en société.

On pourrait traiter certaines dépressions et les états d'anxiété à l'aide de substances naturelles :medium_millepertuis.jpg des études ont été réalisées sur le "millepertuis" et les résultats sont étonnants, mais aucun médecin traditionnel ne vous le prescrira, le lobby médico-pharmaceutique ne gagne pas d'argent sur ce type de produits.

Si l'on prend les additifs chimiques dans la nourriture et les boissons consommées par la majorité de la population, on s'aperçoit que l'être humain est devenu un véritable laboratoire expérimental ambulant grâce aux industries agro-alimentaires et chimiques. Nous consommons de la nourriture, de l’eau et des boissons saturées par des tonnes d’agents chimiques actifs. On avale des composés d’aluminium ou d’autres substances tel le glutamate de sodium qui est un additif alimentaire très commun et qui, en cas de doses élevées ou cumulées, peut provoquer des dégâts au cerveau.

Dites-vous qu'un yaourt normal sera toujours meilleur pour votre santé, que tous ces yaourts à 0% trop acides et privés de vitamines A et D, ou ces yaourts "antirides" dont la mention "probiotique exclusif" ne veut rien dire, (chaque marque possède son probiotique - la bactérie qui fait le yaourt - et un pot en contient des doses infimes) et de surcroît ces "yaourts miracles" sont sucrés avec du sirop de glucose/fructose. Le fructose seul est excellent, mais en association avec le glucose, il constitue un grave problème de santé publique. Et l'on trouve ce mélange qui possède un index glycémique très élevé dans d'innombrables produits de consommation courante. Certains additifs sont inoffensifs, mais associés entre eux, nul ne peut dire quels en seront les effets sur la santé dans les années qui viennent. Vous avez envie de crêpes, prenez celles au sarrasin : elles sont fraîches et ne contiennent aucun additif. Il y a du propionate de calcium qui est un conservateur sans danger pour la santé. Sachez aussi qu'il est préférable d'acheter les huiles dans des bouteilles en verre, (à condition de les consommer rapidement  et de les enfermer dans un placard à l'abri de la lumière), car au contact d'un corps gras, des particules de plastique migrent et l'on absorbe alors des xeno-oestrogènes ; tous les jours et sur du long terme, on ne sait pas ce que peut provoquer cette pollution hormonale. Même phénomène de migration pour la viande en barquette de polystyrène. medium_100_naturel.jpgAux oeufs en boîte classiques, préférez-leur les oeufs bio : ils sont un peu plus chers mais pour 2 euros, vous avez la base de 3 repas, l'équivalent d'un café dans un bar. Le riz qui cuit en 5 minutes est une aberration car c'est du riz boosté à coup d'engrais chimique et de pesticides pour répondre à des impératifs de productivité. Il est gélatineux et c'est comme si vous avaliez du sucre. Vous aimez le riz ou les pâtes complètes alors prenez du bio, si vous ne voulez pas ingérerez des résidus de pesticides ; ou bien rabattez-vous sur le riz basmati, ou thai et sur les pâtes classiques qui ont toutes un index glycémique compris entre 40 et 50. Laissez tomber vos boîtes de lentilles cuisinées à l'auvergnate : vous allez payer deux fois plus cher un poduit deux fois moins bon pour votre santé ; ces boîtes contiennent avant tout des couennes et du saindoux pour 45% de lentilles. Achetez-vous une boîte qui contient des lentilles à 85%, de l'eau et du sel ; ou encore mieux et moins cher, achetez-vous un paquet de lentilles sèches qu'il ne faudra guère plus de temps à cuire. Evitez les soupes déshydratées, leur index glycémique est souvent supérieur à celui du coca, c'est dire. Arrêtez la crème fraiche allégée qui est également une aberration : la crème fraiche comporte 30% de matière grasse, c'est moins que le beurre qui est à 80%. Votre créme allégée contient, elle, amidon transformé, stabilisant, colorant émulsifiant, E471, E440, E407, E466. Elle a peu de goût, elle est difficile à cuisiner et se conserve très peu. Préférez les salades fraiches à celles sous vide, pratiques certes mais gonflées dans leur sacs par un gaz anti-fermantation : trois fois plus chère qu'une salade fraîche, elle se dégradent trois fois plus vite. Quant aux céréales, les produits mêmes dits de régime sont trop sucrés. Il reste le bon vieux flocon d'avoine dans lequel vous pouvez rajouter quelques fruits secs. Le paquet premier prix de 500 grammes est à environ 1 euro en supermarché : vous risquez juste de ne pas le trouver car, la plupart du temps, il est relégué en hauteur.  Le pain de mie sous cellophane est à bannir définitivement : bourré de conservateurs avec un index glycémique à 90%, voilà ce qu'on y trouve : "mono et diglycérides d'acides gras, dextrose, émulsifiant..." et la liste est longue. Souvenez-vous :  le pain, ce n'est que de la farine, de l'eau et du sel. N'oubliez pas de peler la peau de vos fruits s'ils ne sont pas "bio", car en vous faisant soi-disant du bien, vous risquez surtout d'avaler les pesticides qui vont avec. Quant aux plats cuisinés trop salés et riches en graisses hydrogénées, certes c'est un moindre coût pour l'industrie, mais un vrai désastre pour la santé. Et lorsque vous êtes à court d'idées, n'oubliez pas les sardines, le maquereau, le thon en boîte, les haricots rouges, les spaghettis et la sauce tomate "sans rien" : eux sont vos amis.

Et souvenez-vous de la phrase d'Hippocrate :"Que ton aliment soit ta seule médecine."medium_298839.jpg

Medoc, mal bouffe, Frankie ne pouvait passer sous silence les technologies électroniques qui se basent sur la propagation d’ondes électromagnétiques ; beaucoup ont dénoncé les dangers de technologies qui "chauffent" l’atmosphère et l’ionosphère comme le système Haarp en Alaska. Mais il semblerait que nous soyons incapables de survivre sans un téléphone portable scotché à l’oreille, à deux centimètres de notre cerveau. La question est : pourquoi des millions de personnes se grillent les neurones avec des ondes radio pendant des heures ? Peut-être parce que l'on veut nous faire croire que pour vivre une existence moderne et "conforme", on doit se coltiner un équipement électronique. Toute personne qui veut en savoir plus sur les dangers des téléphones cellulaires peut trouver un grand nombre d’informations sur le Net. Vous risquez juste de ne plus voir votre portable de la même façon.

Et là se profile l'aspect occulte de la question ? Avons-nous un jour souhaité tout cela ? Avons-nous exprimé le désir d'une société dans laquelle la surconsommation détrônerait l'aspect humain, au point de ne plus faire la différence entre ce qui est bon et mauvais pour notre corps et notre esprit ? Frankie n'en a pas souvenir : il semblerait que les choses se soient imposées d'elles-mêmes, sans que nous ayons le moindre contrôle sur ce que l'on nous fait avaler jour après jour, au propre comme au figuré. Et si la réponse se cachait derrière ce que l’on appelle les technologies psychotroniques medium_CerveauxMacLean_small.jpgqui peuvent être utilisées pour cibler directement le cerveau afin d’induire des hallucinations visuelles et auditives, des humeurs extrêmes, des changements émotionnels comme une grosse frayeur ou une peur panique, quasi animale. De nombreuses recherches suggèrent que ces technologies ont été militarisées –et le sont toujours– pour être employées en temps de guerre, mais également sur la société civile pour un contrôle social et politique. Hélas, inutile de se projeter dans l’avenir pour voir l’éclosion d’une société totalitaire proche. Nous vivons déjà dans un monde sous contrôle.

La boîte de Pandore a été ouverte, les monstres technologiques ont été lâchés sur toute la planète, et nous sommes à deux doigts de nous soumettre à une dictature chimique, pharmaceutique, électronique, politique, économique et sociale.

Allons-nous baisser les bras définitivement, ou bien refuser ce monde que l'on nous tend tel le miroir aux alouettes ?! Certains pensent qu'il est trop tard et peut-être ont-ils raison. Frankie, elle, pense qu'au tréfond des êtres, il existe quelque chose que toutes les dictatures du monde auront du mal à faire mourir : l'espoir, aussi infime soit-il.

L'espoir d'un monde sans conflit, où les êtres se respecteraient, et dans lequel chacun trouverait sa place, conscient enfin de l'opportunité d'être vivant et de faire parti d'un tout.

Mais pour cela, il faut réapprendre à dire "non" lorsque nous pressentons le danger !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu