Avertir le modérateur

18/02/2007

Duhamel, le "watergate" des média/Tenzin Delek, l'oublié des média

medium_Duhamel.jpgAlain Duhamel, Tenzin Delekmedium_tenzin_delek_rinpoche-save_fot.jpg : quel rapport entre ces deux hommes ? Aucun !

Le premier vient de faire couler un peu trop d’encre sur sa suspension d’antenne alors que le second n’en fait couler aucune en faveur de sa libération.

L’un est un journaliste français célèbre qui a été sanctionné pour avoir révélé son vote aux prochaines élections.

Le second est un lama tibétain anonyme, condamné à mort, puis à la réclusion à vie, pour avoir osé défié pacifiquement l’autorité chinoise.

L’un travaille sur France 2 et RTL.

L’autre voulait simplement ouvrir des écoles dans son pays pour y perpétuer les traditions de celui-ci.

Le premier écrira un livre sur la polémique dont il est le héros d’un jour, d’un mois…

L’autre finira ses jours (comptés) dans une geôle chinoise sans avoir la moindre occasion de s’exprimer.

Le premier ne restera pas dans la mémoire de Frankie.

Le second continuera à l’obséder.

Duhamel s’est vu suspendre d’antenne le 15 février 2007 et ce jusqu'à la fin de la campagne électorale. La " Figure emblématique du journalisme politique français " (c’est comme ça qu’il est désigné par beaucoup), vient d’être pris au piège de ce qu’il s’est attaché à critiquer : les connivences entre "grand" journalisme et monde politique. La vidéo (filmée à son insu ?) dans laquelle il déclarait son soutien à Bayrou a été diffusée sur Internet.

On se croirait presque revenu au temps de Bernstein et Woodward. Frankie se demande seulement qui est Gorge Profonde ? 20 minutes sera donc devenu durant 20h le Whasington Post et l'affaire, une tempête dans un verre d’eau.

Celui par qui le scandale est arrivé, (ce n’est pas Frankie qui le dit), Guy Birenbaum, a terminé son article du 16 février par ces quelques lignes  : " À ce titre, je veux juste faire remarquer aux grandes consciences qui se sont réveillées dans la corporation pour sauver le "soldat Duhamel" qu'il leur faudra se préoccuper avec autant d'entrain des soutiens de la profession contraints d'avaler leur chapeau au quotidien dans leurs rédactions. Des pigistes précarisés qui rament et dont on charcute allègrement les papiers sans qu'ils aient le moindre mot à dire. Des journalistes sans nom engoncés entre le "tout libéral" et l’autocensure générale qui sous-tend le système. Le "sacrifice" de Duhamel ? Gare aux excès ! Ce n'est pas Mozart qu'on assassine. Rien qu'une farce de plus. Une farce tragique. Un vrai leurre."

Lignes révélatrices, s’il en est, du malaise grandissant qui n’est pas né d’hier et qui ne touche pas que le journalisme à grande échelle.medium_xfiles.jpg

De l’histoire de Mclane  ou comment un ex-flic reconverti dans le journalisme a le malheur de faire son métier un peu trop honnêtement et comment il se retrouve dans un épisode tout droit sorti d’X-Files, disparaîssant notamment des fiches de paye mensuelles. Comme il le dit lui-même : " (…) une historiette un peu dégueulasse qui l'a finalement mis dans la rue. "

A l’histoire de certains intermittents devenus tricards chez TF1, - et ailleurs aussi parce que tout ce petit monde se serre bien les coudes quand il s’agit de mettre quelqu’un sur liste noire,- pour avoir un peu trop ouvert leurs gueules quant à certaines pratiques financières douteuses, connues de tous, mais dont on ne parle jamais. Et tant pis si ces pratiques ont fini par casser tout un système. A ces gens-là, on ne leur a pas parlé de " suspension ". Leur traversée du désert a duré suffisamment pour qu’ils en arrivent à regretter d’avoir ouvert leurs gueules.

Et puis, il y a toujours une goutte d’eau qui vient faire déborder le trop plein, c'est ce qui est arrivé à Frankie, l'année dernière, lorsqu'un soir, en zappant, elle est tombé sur le plus populaire des JT et  sur Ken ou sur Barbie, elle ne sait plus, qui encensait le nouveau chemin de fer chinois traversant le Toit du  monde,medium_himalaya.2.jpg sans la moindre remarque sur les dommages collatéraux désastreux, humainement et écologiquement parlant, générés par cette " merveille de technologie ". Vous comprendrez que là Frankie ait eu envie de " vomir ". Parce que ce pays que l’on a sacrifié au nom des intérêts mondiaux et des enjeux économiques, c’est le reflet de tout ce que nous sacrifions jour après jour, au nom du politiquement correct et de la censure qu’insidieusement, il génère depuis quelques années. Et ce qui se passe au Tibet, en Afrique, en Afghanistan, en Irak, et dans tant d’autres pays, nous concerne tous ! 

Alors que France 2 botte le cul d’un de ses journalistes, même pour de mauvaises raisons, honnêtement, Frankie s’en fout, il s’en remettra. S’il avait été mis sur la touche pour des déclarations susceptibles de faire changer les choses, alors là nous aurions assisté à un événement extraordinaire dans le renouveau journalistique. Mais il n’y a rien de bien glorieux à se faire "suspendre" pour avoir révélé un nom qui n’impressionne pas grand monde.

Que les journalistes ne puissent plus faire leur métier, ça c’est bien plus dangereux. Que l’on donne tant d’importance à des acteurs séniles, à des jeunots peroxydés, à des petites pointures de la télé ou du cinéma, génération bouffie d’ego et de vanité, à des philosophes en mal de popularité, ça c’est bien plus grave, parce que le citoyen lambda, lui se retrouve dans cet auditoire-là.

Il est loin le temps où un homme remettait les pendules à l’heure.medium_coluche-rire.2.jpg Et aujourd’hui dans ce paysage malsain à souhait, puant d’intentions glauques, cet homme-là manque à Frankie...

Alors, Mr Duhamel ne vous en faites pas trop, quelques mois sur la touche, c’est peu comparé à la prison à vie ; c’est peu comparé à vos confrères emprisonnés dans le monde, c’est peu comparé à ceux qui, dans l’ombre, ont osé bousculer certaines vérités et l’ont payé bien plus cher qu’une suspension.

Quant à celui par qui le scandale est arrivé (ou pas), il ne mérite pas tant de violence verbale, ni de leçon de morale, ni qu’on le fustige au nom de la prétendue fraternité professionnelle. Il a pris une décision, bonne ou mauvaise, cela ne regarde que lui et sa conscience ; mais au fond, n’est-ce pas cela le métier de journaliste ?

 

Et pour ceux que cela intéresse, il y a un homme totalement inconnu qui a lutté pour ce qu’il croit être juste. Il s’appelle Tenzin Delek Rimpoché. Un tout petit clic à gauche du blog peut aider les associations à le faire libérer, tout comme elles ont réussi à lui éviter la peine de mort.

 

 

22/01/2007

Tenzin Delek Rimpoché : portrait d'un condamné

RIMPOCHE medium_tenzindelek.jpgTenzin Delek

CONDAMNE A MORT PUIS A LA RECLUSION A VIE...

PAYS : Chine

NOM : RIMPOCHE

PRÉNOM : Tenzin Delek

NATIONALITÉ : Tibétaine

LIEU DE DÉTENTION : Prison de Chuandong

L'AFFAIRE :  Tenzin Delek Rimpoché, lama tibétain de 55 ans, est détenu depuis avril 2002 par les autorités chinoises. Accusé d’avoir participé à des attentats à l’explosif, il a été condamné à mort, avant que sa peine ne soit commuée à la réclusion à vie en janvier 2005.

A l’issue de l’audience publique, Tenzin Delek clamera son innocence, s’élevant contre l’iniquité du procès et rejetant toutes les accusations. Il débutera une grève de la faim le 6 janvier 2003 qu'il cessera suite aux promesses d’officiels de Pékin qu’un nouveau procès se déroulerait à la Haute Court du Sichuan. Après sa condamnation à mort avec un sursis de deux ans, Tenzin Delek Rimpoché fait appel. Cet appel est rejeté à huit clos le dimanche 26 Janvier, alors que Lobsang Dhondup, (arrêté en même temps que Tenzin Delek) sauvagement torturé, est exécuté le jour même. Un témoin clé pour la révision potentielle d’un procès aux zones d’ombre est supprimé.

"Je suis entièrement innocent. J’ai toujours affirmé que nous ne devions pas lever la main sur les autres. C’est un pêché. Je n’ai ni distribué de lettres ou pamphlets ni posé secrètement de bombes. Je n’ai même jamais pensé à de telles choses, et je n’ai aucune intention de blesser autrui." Tenzin Delek Rimpoché.

L’acharnement des autorités contre Tenzin Delek Rimpoché est ancien. Pourtant, il n’a jamais été impliqué dans une manifestation politique. Il est connu comme un dirigeant spirituel non violent, engagé dans d’importantes actions sociales (construction d’écoles pour les orphelins, aide aux personnes âgées isolées, construction de routes et de ponts, protection de l'environnement). C’est l’un des derniers hauts lamas du Tibet, engagé depuis plus de 20 ans dans la préservation de la spécificité de la culture tibétaine. Il a séjourné en Inde entre 82 et 87 où il fut reçu par le Dalaï Lama. Les autorités chinoises l’ont arrêté à deux reprises en 98 pour la construction de monastères. En 2000, il reçoit l’ordre de fermer une école et doit se cacher pour ne pas être arrêté.

Ensemble contre la peine de mort et France-Tibet demandent la libération immédiate du prisonnier pour des raisons de santé, de dignité et de justice.

"La communauté internationale avait obtenu que sa condamnation à mort soit commuée. Il nous faut aujourd’hui nous remobiliser pour demander aux autorités chinoises de libérer Tenzin afin qu’il puisse notamment se soigner auprès des siens", a expliqué Michel Taube, porte-parole d’ECPM.

"Depuis le début de cette affaire, a ajouté Maître Alexis Rutman, administrateur d’ECPM, le gouvernement chinois n’a pas fourni de preuve crédible contre Tenzin Delek Rimpoché. On lui a refusé l’accès à des avocats indépendants et il n’a pas eu droit à un procès équitable. Sa santé décline de façon inquiétante, notamment parce qu’il a certainement été torturé en prison. Au nom de la justice, il est temps que Tenzin soit libéré."

Pour toutes ces raisons, ils appellent la communauté bouddhiste, les associations de défense des droits de l’homme et tous les citoyens à se rassembler le 10 de chaque mois devant les Mairies jusqu’à ce que Tenzin soit libéré et à signer l’Appel (pour agir, cliquez ici) qui sera transmis aux autorités de Pékin.

EN MEMOIRE A LOBSANG DHONDUP

medium_dhundup.jpgLobsang Dhondup, âgé de 28 ans, torturé et condamné à mort, a été EXECUTE LE 26 JANVIER 2003 sans appel et dans la précipitation.

La condamnation des deux Tibétains avait été dénoncée par des organisations de défense des droits de l'Homme comme Amnesty International et le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala qui pense que "le processus judiciaire qui a maintenu leur sentences en appel n'était ni transparent ni équitable".

Un groupe de 24 personnalités chinoises avait de son côté adressé une pétition en faveur des deux condamnés à l'Assemblée nationale populaire (le parlement chinois), à la Cour suprême de Chine et à la Haute Cour du Sichuan.

Le Parlement européen avait également appelé les autorités chinoises à commuer les sentences de mort contre Tenzin Delek Rimpoché et Lobsang Dhondup.

Au moins 3 autres personnes également accusées dans cette affaire ont été emprisonnées, et 2 autres personnes ont disparu. Tsering Dhondrup-Jortse (74 ans), arrêté en juin 2002, a été condamné à 5 ans de prison. En 2000 déjà, il avait rassemblé des milliers de signatures pour une pétition contre l’emprisonnement de Tenzin Delek Rimpoché. Il a été relâché le 11 juillet, mais les terribles conditions d’emprisonnement l’ont rendu aveugle, dans l’incapacité de marcher, d’utiliser ses mains et de parler. Le moine Tashi Phuntsog était hospitalisé pour tuberculose quand il a été arrêté en avril 2002. Il a été libéré le 28 juillet dernier. Il était censé avoir été condamné à 7 ans de prison, mais aucun détail concernant les charges retenues ou la raison de sa libération anticipée n’a été donné. Deux moines, Passang et Choetsom, ont disparu suite à leur interrogatoire par les autorités chinoises en avril 2002 où ils furent sévèrement battus. Une autre personne est détenue pour avoir apporté des informations sur l’affaire de Tenzin Delek Rinpoché à des journalistes étrangers.

Rappelons que selon la Commission Internationale des Juristes:
"Les Tibétains sont un peuple sous la domination étrangère et en tant que tel, peuvent se prévaloir du droit à l'autodétermination prévu en droit international pour déterminer librement leur statut politique. Le peuple tibétain n'a pas encore exercé ce droit qui requiert une expression libre et authentique de leur volonté".medium_le_tibet_libre.jpg

Liens utiles :

Campagne Tenzin Delek : http://www.tibet.fr/old/tdr.htm

www.abolition.fr

Un pays nommé Tibet, open past !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu